Auprès des détenus

Jean-Claude Lasserre est aumônier de la maison d'arrêt de Carcassonne. Il témoigne de son compagnonnage avec les détenus.

"L’aumônerie est un lieu chacun peut s’exprimer en confiance. Lorsque nous rencontrons pour la première fois un détenu, ce n’est pas un voleur, un assassin ou un dealer que nous voyons, c’est une personne, appelée comme tous à devenir meilleure. Alors commence le début d’un compagnonnage qu’avec certains nous allons vivre pendant des années.

 

Nous nous efforçons de ne pas voir dans la peine infligée une sorte de vengeance (ce qui nuirait à notre mission) mais la possibilité d’un travail qu’un être humain peut faire sur lui-même pour retrouver son statut d’homme libre et responsable de ses actes. Notre tâche est de l’accompagner dans ce travail, quel que soit son crime. Leur problème : « Sans pardon, pour nous, c’est l’enfer. » Notre message : un être humain vaut plus que les actes qu’il a commis. Mais pour arriver à le faire comprendre, il faut, en amont, avoir établi une régularité dans les visites : notre disponibilité et la confidentialité de nos échanges sont essentielles.

Au moment de passer aux Assises, beaucoup me demandent d’être à leurs côtés : c’est une belle preuve de confiance."

 

« Si nous voulons leur donner une chance dans notre société, nous ne devons plus voir le détenu pour ce qu’il a été, mais pour ce  qu’il est appelé à devenir » (JC Lasserre).

 

 

Un bus aménagé en lieu d’écoute

 

A l’extérieur de l’établissement, le bus de La Passerelle est un lieu d’accueil, d’écoute et d’accompagnement ouvert aux familles et aux proches des personnes détenues. Garé devant la maison d’Arrêt les jours de parloir, c’est devenu un endroit incontournable dont il faut tenir compte.