Dialogue inter-religieux

Dialogue inter-religieux
Pour la fête de l’Aïd El Kebir, nous, 8 membres de la communauté chrétienne (de la Communion Tibhirine), sommes allés à la rencontre de nos amis musulmans du Viguier à Carcassonne.
 
NousMarie-José et Pierre-Louis, époux catholiquesMireille et Georges, époux catholiques, (Georges étant diacre), Sr Photini (du Monastère orthodoxe du Buisson Ardent), Sr Emmanuelle (dominicaine apostolique de Ste Catherine de Sienne, du quartier du Viguier), Pierre (diacre orthodoxe) et Jean (prêtre catholique), avons assisté à la prière, en étant nous-mêmes dans la rue et en écoutant le prêche de Mohamed, l’imam, qui a beaucoup parlé de la guerre, des morts en mer, nous sommes allés à leur rencontre.
 
L’imam, Mohamed, avait annoncé que des Chrétiennes allaient venir à la salle de prière des femmes, ce qui était une première. Et les femmes musulmanes ont vraiment exprimé une joie qui n’était pas feinte en les recevantDès la prière finienous avons pu parler de façon sympathique avec tel ou tel dans la rue.
Après nous être déchaussésnous sommes entrés dans la 1ère pièce les responsables de la communautéalgériens et marocainsnous ont accueillis chaleureusement. Jean, le curé de St-Jacques le Viguier (église en face de la salle de prière musulmane) a lu les vœux pour l’Aïdadressés par Mgr Claude Raultévêque du Sahara, ce qui a beaucoup touché les musulmans présents.
Nous avons ensuite partagé le verre de l’amitié accompagné de dattes et de gâteauxjusqu’à ce que les femmes du groupe nous rejoignentaccompagnées de Nadia, la fille de l’imamlycéenne au lycée Paul Sabatier de Carcassonne).
La rencontre s’est terminée par la découverte ensemble de la salle de prièreque nous a fait découvrir Mohamed.
 
 
Quelques phrases glanées dans la rencontre : 
 
Georges, diacre en Algérie à Tlemcen (ainsi que l’imam !) : « Nous sommes comme deux groupes qui grimpent sur une montagnesur des versants différents. Au sommetnous allons nous retrouver ! » 
Mohamed, imam : « Notre monde a perdu la boussole ! Il a besoin de rencontres comme celle d’aujourd’hui»
Sœur Photini : « Il ne s’agit pas de vouloir convertirC’est comme s’il y a un mur entre nous... Si quelqu’un se convertitil saute le mur et passe de l’autre côté. Et quelqu’un de l’autre côté qui se convertit va sauter le mur et venir ici. Il s’agit de faire tomber le mur ! ».
 
Nous sommes les uns et les autres d’accord pour dire qu’il s’agit de vivre entre nous un apprivoisement, pour entrer davantage dans la fraternitéqu’il faut continuer ce chemin…
Galerie d'image(s): 
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux
Dialogue inter-religieux