Prier au long des jours

La prière rythme la vie des croyants. De jour comme de nuit, Dieu se fait Parole ne son Fils Jésus. Ecoutons-le pour lui parler en retour avec les grandes prières de la liturgie des Heures.

http://www.aelf.org/office-laudes

A l’aube du jour

Vainqueur de nos ténèbres, Jésus ressuscité, c’est toi la vraie lumière, vivant tu t’es levé. Gloire à Dieu qui te délivre, il ouvre le tombeau, gloire à l’Esprit qui fait vivre, il est le feu nouveau.

Par toi soleil de Pâques, la mort est engloutie. Tu sauves de l’impasse tes frères dans la nuit. Gloire à Dieu qui régénère le monde sans clarté. Gloire à l’Esprit qui révèle la paix du premier né.               

Célébrons la victoire ô fils du Dieu vivant. Tu es dans notre histoire celui qui donne sens. Gloire à Dieu pour la parole qui fait lever l’espoir. Gloire au Seigneur qui nous donne de naître à la vraie joie.

Vainqueur de nos ténèbres, Jésus ressuscité, c’est toi la vraie Lumière, vivant tu t’es levé !         

Le Cantique de Zacharie :

Béni soit le Seigneur le Dieu d’Israël qui visite et rachète son peuple.

Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David son serviteur

Comme il l’avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes depuis les temps anciens.

Salut qui nous arrache à l’ennemi, à la main de tous nos oppresseurs.

Amour qu’Il montre envers nos pères, mémoire de son Alliance Sainte.

Serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte,

Afin que délivrés de la main des ennemis, nous le servions dans la justice tout au long de nos jours.

Et toi petit enfant tu seras appelé : Prophète du Très-Haut.

Tu marcheras devant à la face du Seigneur et tu prépareras ses chemins.

Pour donner à son peuple de connaître le Salut par la rémission de ses péchés,

Grâce à la tendresse à l’amour de notre Dieu quand nous visite l’astre d’en-haut.

Pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort

Pour conduire nos pas au chemin de la paix.

 

Au milieu du jour

Dieu qui fais toutes choses nouvelles, quand passe le vent de l'Esprit, viens encore accomplir tes merveilles aujourd'hui.

N'as- tu pas sanctifié les prémices du Peuple choisi par amour ? Illumine tous ceux que l'Église met au jour.

Dans la brise ou l'éclat du tonnerre, l'Esprit nous entraîne en son chant C'est ta voix, ô Seigneur, sur la terre, maintenant.

Le soir 

Le cantique de Marie, le Magnificat :

Mon âme exalte le Seigneur, Exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur :

Il s'est penché sur son humble servante ; Désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !

Son amour s'étend d'âge en âges sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, Il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes, Il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, Il se souvient de son amour.

De la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais.

Gloire au Père, au Fils, au Saint-Esprit,

Pour les siècles des siècles. Amen.

       

Puisqu’il est avec nous tant que dure cet âge

N’attendons pas la fin des jours pour le trouver…

Ouvrons les yeux, cherchons sa trace et son visage

Découvrons le qui est caché au cœur du monde comme un feu

Puisqu’il est avec nous pour ce temps de violence

Ne rêvons pas qu’il est partout sauf où l’on meurt.

Pressons le pas, tournons vers lui notre patience.

Allons à l’homme des douleurs qui nous fait signe sur la Croix.

Puisqu’il est avec nous dans nos jours de faiblesse.

N’espérons pas tenir debout sans l’appeler.

Tendons la main, crions vers lui notre détresse.

Reconnaissons sur le chemin celui qui brûle nos péchés.

Puisqu’il est avec nous comme à l’aube de Pâques

Ne manquons pas le rendez-vous du sang versé.

Prenons le pain, buvons la coupe du passage

Accueillons le qui s’est donné en nous aimant jusqu’à la fin !

 

Au cœur de la nuit :

 

Le Cantique de Syméon (Lc 2)                                         

Maintenant, ô Maître souverain,  tu peux laisser ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole.

Car mes yeux ont vu le salut  que tu préparais à la face des peuples :

Lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël.

En toi Seigneur, nos vies reposent,  Et prennent force dans la nuit ;                                                                 

Tu nous prépares à ton aurore et tu nous gardes dans l'Esprit.

Déjà levé sur d'autres terres, le jour éveille les cités ;                                                                                     

Ami des hommes, vois leur peine et donne-leur la joie d'aimer.

Vainqueur du mal et des ténèbres, Ô Fils de Dieu ressuscité,                                                                             

Délivre-nous de l'adversaire et conduis-nous vers ta clarté !

 

Voici la nuit, l’immense nuit des origines

Et rien n’existe hormis l’Amour, hormis l’Amour qui se dessine.

En séparant le sable et l’eau, Dieu préparait comme un berceau,

La terre où il viendrait au jour.

Voici la nuit, l’Heureuse nuit de Palestine

Et rien n’existe hormis l’Enfant, hormis l’Enfant de vie divine.

En prenant chair de notre chair, Dieu transformait tous nos déserts

En terre d’immortel printemps.

Voici la nuit, l’étrange nuit sur la colline

Et rien n’existe hormis le corps, hormis le corps criblé d’épines.

En devenant un crucifié, Dieu fécondait comme un verger

La terre où le plantait la mort.

Voici la nuit, la Sainte nuit qui s’illumine

Et rien n’existe hormis Jésus, hormis Jésus où tout culmine.

En s’arrachant à nos tombeaux, Dieu conduisait au jour nouveau

La terre où il était vaincu.

Voici la nuit, la longue nuit où l’on chemine.

Et rien n’existe hormis ce lieu, hormis ce lieu d’espoir en ruines.

En s’arrêtant dans nos maisons, Dieu préparait comme un buisson la terre où tomberait le feu.