Troisième étape : Dieu de l’espérance

Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai Homme, ne laisse pas ses amis orphelins, il leur promet une respiration nouvelle : le Saint Esprit. Notre souffle peut s’épuiser, le Souffle de Dieu ne nous fera pas défaut.

 A Pentecôte, cinquante jours après Pâques, les disciples de Jésus sont à Jérusalem, mais ils se cachent par peur de subir le même sort que leur maître. Rassemblés dans la prière, ils reçoivent le Saint Esprit qui vient changer leurs perspectives. Ces hommes tout apeurés brisent enfin les chaînes de leurs angoisses. Ils osent sortir dans les rues pour propager au péril de leur vie la Bonne Nouvelle dont ils sont témoins : « Christ est ressuscité ! ». C’est le début de l’Eglise, la communauté des chrétiens. l’Eglise n'et pas seulement une hiérarchie pape, évêques, prêtres, mais l’ensemble des baptisés.

Nous croyons ainsi à ce Souffle de Dieu qui continue à nous porter. L’Eglise Catholique nous donne des moyens pour avancer vers Dieu : ce sont les sacrements. La porte d’entrée, c’est le baptême qui demande un certain temps de préparation et de maturation. Etre baptisé signifie passer de la mort à la vie avec le Christ.  En recevant la confirmation, le don du Saint Esprit, nous devenons témoins de notre espérance, nous sommes fortifiés.  L’initiation chrétienne est complétée par l’eucharistie : comme nous avons besoin de nous nourrir tous les jours, nous avons besoin d’accueillir la présence de Jésus-Christ dans le pain et le vin, au cours de la messe dominicale, moment de communion en Eglise et de communion avec le Seigneur.

Les sacrements sont au nombre de 7. Nous avons cité l'initiation chrétiennebaptême, confirmation, eucharistie. L'Ordre est le sacrement que reçoivent évêques diacres, et prêtres. Les laïcs qui souhaitent construire une vie de couple et de famille reçoivent le sacrement du mariage, lien unique entre deux époux, qui devient comme un reflet de l'Alliance de Dieu avec toute humanité.

Nous nous sentons parfois mal à l'aise au regard de certains de nos actes. Nous sommes alors invités à  confesser notre péché, ainsi que l'oeuvre d'amour de Dieu. Il ne nous abandonne pas face aux lourdeurs de nos vies, mais nous libère dans le sacrement de la réconciliation. On reçoit le pardon à travers une prière et un dialogue personnel avec un prêtre.

Face à la maladie ou au grand âge, nous sommes fortifiés dans le sacrement des malades. Nous avançons ainsi au delà du mal qui gangrène le corps. Par l'onction d'huile imposée sur nos mains, nous regardons alors la croix de Jésus d'une autre manière. Avec lui nous portons le poids du jour dans l'espérance de Pâques. Ce sacrement n'est pas un "médicament", mais une force qui nous aide à traverser l'épreuve.

 

Nous pouvons vivre la foi comme un trésor ! On exprime ce don  par un signe de croix : au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, c’est ce qu’on nomme la Trinité.

Dans ce mot, se cachent deux autres mots : trois et un. Dieu est unique, Dieu est communion. Dieu est Amour !