Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Gimer

Evêque de Carcassonne, fêté le 13 février

† 932

 

Qui était-il ?
Saint-Gimer, évêque de charité exemplaire, distribua tous ses biens aux pauvres avant d’entrer dans la vie canoniale.
Reliques à la cathédrale Saint-Michel et l’église Saint-Gimer de Carcassonne.

 

Son histoire
Saint Gimer est né à Carcassonne. On ne connait pas la date de sa naissance, seulement qu’il fut évêque de Carcassonne de 902 à 932. Gimer a reçu une éducation chrétienne et une légende raconte sa générosité dès son enfance : on le présente fils de boulanger. Il distribue aux pauvres le pain qu’il prend en cachette dans le magasin de son père et qu’un ange remplace au fur et à mesure.

Il perdit ses parents très tôt et désirant se donner à une vie religieuse, donna tous ses biens aux pauvres. Sous la direction de Gisleran, évêque de Carcassonne, Gimer fut chanoine et vivait selon la règle de Saint-Augustin. Il « rayonna par l’éclat de ses vertus ; modestie, pureté des moeurs, goût de l’oraison, mortification, générosité dans le sacrifice, assiduité au devoir ».

À la mort de l’évêque Gisleran, il fut unanimement acclamé pour le succéder et devint évêque de Carcassonne en 902.

Pendant les trente années de son épiscopat, Saint Gimer s’occupa de son diocèse avec toute la vigilance et le dévouement d’un bon pasteur. Son activité dépassait les frontières du diocèse et il assista aux conciles de Barcelone (906), Saint-Thibéry (907), Jonquières (909) et Fontcouverte (911).

L’église primitive de Saint Gimer fut construite à la fin du XI° à l’emplacement de sa maison natale au faubourg « La Barbacane ». Ce petit oratoire est aujourd’hui désaffecté. L’église Saint-Gimer, oeuvre de Viollet-Le-Duc a été consacrée en 1852.

 

Sa spiritualité
D’après un recueil liturgique de Carcassonne, on lit qu’avant d’être ordonné évêque Gimer « vivant d’une vie toute céleste, il était le modèle de ses frères dans le sacerdoce et le canonicat. Evêque il donna l’exemple d’une merveilleuse pureté de vie… sa charité se refusait à lui même les choses utiles, même les nécessaires, pour venir en aide aux indigents ».