Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Léonard - Jean de Fontfroide

Cause de béatification ouverte

1815 - 1895 

 

Qui était-il ?
Louis Léonard (en religion Père Jean) est originaire du diocèse de Nîmes, d’abord prêtre diocésain, professeur puis directeur de collège. A 41 ans il rejoint la communauté monastique des Bernardins de l’Immaculée Conception à Sénanque. Prieur puis abbé de Fontfroide, il est élu président de la Congrégation des Cisterciens de L’Immaculée Conception dont il signera les statuts définitifs. Sa demande de vénérabilité est en cours auprès de la Congrégation des Saints à Rome.

 

Son histoire
« Il faut partir, vite… cela presse ! », lui dit la Mère Stanislas, directrice des études du collège des Ursulines dont l’Abbé Léonard était aumônier en Juillet 1856. Sûr qu’elle lui transmettait un appel de Dieu, il rejoint l’abbaye de Senanque où le fondateur, Dom Barnoin, n’arrivait pas à faire aboutir son projet. Grâce à l’expérience du P. Jean, ses aptitudes remarquables, son ascendant naturel sur les personnes et son esprit, le projet s’est réalisé. Trois ans après, l’évêque d’Avignon, en visite à Sénanque, « vit cette communauté prospère et fervente, mais si à l’étroit » qu’il conseille au prieur d’essaimer et le Père Jean est envoyé à Fontfroide le 13 septembre 1858 avec douze religieux. Il en sera le prieur, puis l’abbé jusqu’à sa mort, le 12 Novembre 1895.

 

Sa spiritualité
- Le souci de faire toujours la volonté de Dieu (comme Jésus l’a fait);
- Le détachement de soi;
- L’enracinement dans l’amour de Dieu et la vie intérieure.

 

Son action à l’époque...
- Il a fait renaître l’abbaye de Fontfroide des ruines, en montrant l’exemple à ses frères
- culture de la terre et rénovation des murs ; il « entraînait ses frères vers les hauteurs »
- Rayonnement de Fontfroide sur la région et au-delà, le renom de sainteté du Père Jean et de ses religieux attira à Fontfroide bien des visiteurs de toutes conditions sociales ;
- Père spirituel ou conseiller de religieux dont certains découvrent leur vocation à Fontfroide.

 

Et aujourd’hui...
- En fils de St Benoit et de St Bernard : « Il était la règle vivante », « c’était une fête de l’entendre » commenter cette règle monastique, les Saintes Ecritures et la liturgie ;
- Son thème favori : la confiance et l’abandon à l’Amour de Dieu.

 

Qu’a-t-il dit ?
«On dérange, on bouleverse ma route et mes goûts. Le Divin Maître me fait là un tour dont j’aurais grande envie de lui bouder : mais l’abandon à sa sainte volonté vaut encore mieux. » (8 janvier 1885);

Consignes : «Le découragement est toujours le fruit de la tentation et de l’amour propre » ;

« Avoir aux pieds la bonne chaussure de la patience »