Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Pierre Nolasque

Fondateur de l'Ordre de la Merci, fêté le 30 janvier

† 1249

 

Qui était-il ?
Saint Pierre Nolasque fut le fondateur de l’Ordre de la Merci qui avait pour but le rachat des esclaves chrétiens détenus dans les pays musulmans. Les Mercédaires devaient, au besoin, se faire esclaves à leur place. L’église du Mas-Saintes-Puelles où il est né conserve ses reliques.

Saint Pierre Nolasque est toujours représenté vêtu de blanc, avec l’épée au côté, et tenant dans sa main une chaîne dont un maillon est ouvert, agenouillé à ses pieds, l’esclave libéré le remercie les mains jointes.

 

Son histoire
Pierre Nolasque serait né vers 1180 au Mas Saintes Puelles. Il y a peu de documents sur sa naissance et sa mort. En revanche, des archives gardent encore des documents signés de sa main, sous forme « d’avoirs », sortes de reçus des donateurs qui participaient financièrement à sa mission.

Ces documents, détenus par les historiens de l’Ordre de la Merci, disent qu’il était un marchand important « mercator optimus ». Il aurait quitté le Mas vers l’âge de 20 ans pour s’établir à Barcelone. Vers 1203, il commence, avec d’autres marchands, un mouvement de rachat de prisonniers chrétiens, captifs des Maures qui écumaient les côtes de la Méditerranée. Il crée une sorte « d’association » qui va se consacrer à payer leurs rançons, leur évitant ainsi d’être vendus en esclavage, en Afrique du Nord et dans le sud de l’Espagne alors occupé par les Arabes.

Puis, inspiré par une vision de la Vierge de qui il tiendrait les directives, le 10 aout 1218, avec l’aide de Jacques 1er d’Aragon, il fonde avec saint Raymond Peñafort l’Ordre de Notre-Dame de la Merci, ou Ordre Mercédaire. Cet ordre a la particularité d’ajouter aux voeux traditionnels que prononcent les divers ordres religieux : pauvreté, chasteté, et obéissance, celui de la rédemption. Cela consistait en cas d’urgence, à prendre la place d’un esclave en attendant d’avoir réuni la somme nécessaire à sa libération. L’ordre mercédaire est donc un ordre mendiant, qui collectait le montant des rançons. On sait que Pierre Nolasque est mort le 6 mai 1245 et sera canonisé en 1639.

 

Son action à l’époque...
Il laisse l’empreinte d’un homme plein de piété et de miséricorde, promoteur de l’amour de son prochain et du sens du sacrifice pour autrui. Il développa chez ses contemporains le sens de l’entraide et de la solidarité. C’est dans cet esprit que le Mas Saintes Puelles a créé en 1852, une société de secours mutuel portant son nom, et qui existe encore.

De nombreux couvents sont fondés dans le sud de la France dès le XIIIème siècle, mais le souvenir de saint Pierre Nolasque est fortement marqué au Mas Saintes Puelles. Un couvent y est fondé au XVIIème et malgré sa disparition, le village a gardé un attachement à son saint patron et le célèbre chaque année le dernier dimanche de Janvier. Un oratoire a été édifié par les Religieuses de N-D de la Merci en 1936, entre les murs d’un ancien moulin, où il se trouve encore de nos jours.

 

Et aujourd’hui...
Son oeuvre perdure car les Mercédaires sont très présents dans le monde, se consacrant à la lutte contre d’autres formes actuelles d’esclavage, comme la drogue, la prostitution, l’alcoolisme... Ils se consacrent à l’éducation et l’encadrement des jeunes, et luttent contre les privations de libertés modernes qui menacent notre époque.