Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Rustique

Archevêque de Narbonne, fêté le 26 octobre

† 461

 

Qui était-il ?
Le troisième archevêque connu de Narbonne. À la suite de saint Paul qui aurait évangélisé la ville de Narbonne, Rustique succède à Hilaire en 427. St Rustique était connu pour sa charité. En des temps difficiles il dut organiser la vie matérielle de son peuple ; il accueillit les catholiques persécutés en Afrique du Nord par les Vandales.

Reliques à Saint-Just-et-Saint-Pasteur.

 

Son histoire
Rustique est né probablement à Marseille en 394 de Bonosus qui, entré dans les ordres après son mariage, devint évêque et de Bonosa, soeur de l’évêque Arator. Après une éducation chrétienne dans les Gaules et à Rome, il devient moine en 413 et fut ordonné prêtre par Saints Proclus. Il fut ordonné évêque de Narbonne le 9 octobre 427.

Il s’appliquait à restaurer la vie chrétienne dans son diocèse qui avait souffert des persécutions des Wisigoths et un long siège en 438 qui réduisit la ville à la famine. Rustique apporta secours et soutien aux narbonnais et en 441 entreprit à
relever cette population des ruines. C’est alors qu’entre 441 et 445, il construisit une nouvelle cathédrale dédiée à la Vierge Marie. On voit encore à Narbonne le linteau de la porte sur lequel son nom « Rusticus » est gravé. Saint Rustique fit construire à Narbonne les églises N.-D. de la Major en 444 et Saint-Félix de Gérone (455-6), ainsi qu’une église à Minerve, dont l’autel de l’actuelle église St-Etienne porte une inscription semblable à celle de Narbonne. A cette époque les vandales persécutaient les chrétiens en Afrique. Des réfugiés arrivèrent à Narbonne et Rustique les accueillit avec une paternelle charité.

Mais l’évêque devait trouver sa charge trop lourde. Lorsqu’il consulta le pape Saint Léon sur la validité du baptême de certains émigrés, il lui demanda par la même occasion d’être libéré de sa charge d’évêque. Saint Léon lui répond : « Je ne vous conseille pas de vous retirer, car la patience n’est pas moins nécessaire en face des tentations ordinaires de la vie qu’en face des persécutions contre la foi. Ceux qui sont chargés du gouvernement de l’Eglise doivent garder courageusement leur poste. Dieu a promis de ne pas abandonner son Eglise ; on doit toujours compter sur son secours ».
Réconforté par ces propos, saint Rustique continua à se dépenser sans relâche pour le salut de son peuple.

Par la suite, Saint Rustique tint un concile à Narbonne en 442 pour régler des points de pénitence canonique et fut un des 44 évêques des Gaules à se réunir à Arles en 451 pour soutenir Saint Léon au Concile de Chalcédoine (452). En 461 il assista au 3ème concile d’Arles invité par Ravennius en ces termes : « Mon désir le plus ardent, ma prière la plus enflammée est que votre Béatitude s’y trouve, parce qu’une très grande infirmité a nécessairement besoin des médecins les plus habiles ». Il mourut le 26 octobre de la même année.