Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Théodard

Archevêque de Narbonne, fêté le 1er mai

† 893

 

Qui était-il ?

L’archevêque Théodard étudiait avec ardeur les Saintes Ecritures et s’épuisait dans des jeûnes, oraisons et visites aux pauvres. « Il était la providence des pauvres et des malheureux ».

 

Son histoire

Né à Montauban (qui s’appelait Montauriol à l’époque) vers 840, Théodard fit ses études à Toulouse. Le jeune clerc est remarqué pour son éloquence par Sigebod, archevêque de Narbonne lors d’un Concile qu’il présida à Toulouse. Sigebod l’emmena à Narbonne, l’ordonna diacre, puis prêtre, puis en 878 archidiacre. « Le peuple narbonnais bénissait sa prudence, son zèle et son dévouement. Il trouvait en lui un soutien, un défenseur, un ami. » Mgr Jean Rivière : « La Sainteté en pays d’Aude », 1949

A la mort de Sigebod, Théodard fut élu archevêque de Narbonne en 885. Le peuple souffrait encore des actes de piraterie des Sarrasins et Théodard distribua tous ses biens aux victimes. Sa charité était inépuisable. Il était « la providence des pauvres et des malheureux ». Lorsqu’il n’eut plus rien à donner, il n’hésita pas à vendre les biens de son église pour subvenir aux besoins des pauvres, vendant les vases sacrés et objets précieux pour racheter les captifs des Sarrasins qui ravageaient les côtes de la Septimanie et pour combattre une famine qui sévissait dans cette région pendant trois ans. Il ne gardait que le strict nécessaire pour la célébration de l’Eucharistie.

En tant que métropolitain, il intervint en Espagne pour la restauration de l’épiscopat à Ausone et y consacra l’évêque Gotmar. En 891, il se rendit au concile convoqué par le Roi Eudes. A la suite de saint Rustique, saint Théodard s’employa à reconstruire la cathédrale et « il la fit briller d’une jeunesse nouvelle »*. Le clocher, dit « de Théodard » est encore en place. Mais Théodard s’est épuisé par tant de travaux et de fatigues. Il continua à remplir les obligations de sa charge, sans négliger l’étude de la Bible, une vie de prière et de mortifications volontaires, visites aux pauvres et visites officielles dans le cadre de sa mission. A la fin de sa vie, il se retira dans le monastère qu’auraient fondé ses aïeux à Montauriol et mourut le 1er mai 893.

 

Le souvenir populaire de Saint-Théodard

On disait de lui : « Il fut l’oeil de l’aveugle, le pied du boiteux, le père des indigents et le consolateur des affligés ».